TOUS LES CONCERTS
Rencontre avec Unsuk Chin
27 novembre 2015 - 18:30ACHETER EN LIGNE
PROGRAMME

Rencontre en présence de la compositrice Unsuk Chin, animée par Frank Harders et Martin Kaltenecker.

Unsuk CHIN
Allegro ma non troppo
pour percussion et bande
Études n° 1, 4, 5 et 6
pour piano

Solistes de l'Ensemble intercontemporain
Dimitri Vassilakis, piano
Victor Hanna, percussion

Tarif : 9€
Réservations : 01 44 84 44 84
philharmoniedeparis.fr

Photo (c) Luc Hossepied pour l'Ensemble intercontemporain 

Autour de l’œuvre mondialement reconnue d’Unsuk Chin, ces deux concerts (voir concert de 20h30) offrent un panorama de la création contemporaine coréenne. Avec un sens aigu de la dramaturgie et de la dimension gestuelle du son, Allegro ma non troppo associe les sons concrets d’horloge, de bruissements de papier, de chutes de gouttes d’eau, à une écriture pour percussion soliste. Cette primauté de la percussion transparaît également dans le double concerto (Doppelkonzert, 2002), pour piano, percussion et ensemble, où la compositrice s’est appliquée à fusionner les timbres des deux solistes – le piano est préparé avec des taquets en métal qui modifient le timbre et accentuent les attaques. Solistes et ensemble s’imbriquent pour donner naissance à un organisme uni évoquant l’orchestre de gamelan javanais. La forme se déploie avec l’implacabilité d’un mécanisme d’horlogerie finement réglé, comme dans les partitions de Ligeti, qui fut le maître de la compositrice. Inspirée par les pratiques contestataires et créatives de street art, la pièce Grafitti (2012), pour orchestre de chambre, est un palimpseste faisant cohabiter plusieurs niveaux d’écriture et parvenant à maintenir un équilibre rare entre primitivisme et sophistication. Après des études de composition à l’Université Nationale de Séoul et d’électroacoustique à la Hochschule für Musik Franz Liszt de Weimar, Sun-Young Pahg participe au cursus de composition et informatique musicale à l’Ircam et à la session de composition Voix Nouvelles de la Fondation Royaumont. Dans Ich spreche dir nach, partition commandée en 2005 par l’ensemble Modern, la compositrice projette ses sons d’une façon quasi-picturale sur la toile de fond du silence. Né en 1983, Donghoon Shin est venu à la composition en se nourrissant d’un très large éventail de musiques diverses : heavy metal, jazz-rock... Sa musique, brassage de références et de citations, porte la trace de cet éclectisme. 

LIENS
ARTICLES
Mécanique de l’imaginaire - entretien avec Unsuk Chin
Le titre de votre Fantaisie mécanique concilie les contraires : le côté vivant de la fantaisie et le côté inerte de la machine. Comparativement, ...
Unsuk Chin, l’imagination pour seule contrainte
Au croisement des cultures Au fond, lorsque je compose, je ne pense pas aux attentes du public, d’autant que les Européens ont toujours des exigences ...