TOUS LES CONCERTS
Turbulences numériques 2/2 – Grand Soir
10 octobre 2015 - 20:30ACHETER EN LIGNE
PROGRAMME

PREMIERE PARTIE
Karlheinz STOCKHAUSEN
Chant des adolescents
Musique électronique
Tristan MURAIL
Treize Couleurs du soleil couchant
pour ensemble
Pierre JODLOWSKI
Respire
pour onze instruments, vidéo et bande
DEUXIEME PARTIE
Luigi NONO
.....sofferte onde serene...
pour piano et bande magnétique
Herman KOLGEN / Philip GLASS
LINK.C
Performance audiovisuelle d’après le Quatuor à cordes n° 2 de Philip Glass
Andrew NORMAN
Try
pour orchestre de chambre
Thierry DE MEY
ripple marks
Dispositif de projection interactif pour petit ensemble et électronique
Création mondiale
TROISIEME PARTIE
Jeff MILLS / Jacques PERCONTE
Extension sauvage (Madeira)
Performance audiovisuelle

Hidéki Nagano, piano
Herman Kolgen, vidéo live
Jacques Perconte, vidéo live
Jeff Mills, électroniques
Xavier Meeus, projection sonore
Aliosha Van Der Avoort, images
Ensemble intercontemporain
Jayce Ogren, direction

Coproduction Arcadi Île-de-france, Ensemble intercontemporain, Philharmonie de Paris
Dans le cadre de Némo, Biennale internationale des arts numériques - Paris / Île-de-France
Tarifs : 25€ / 20€
Réservations : 01 44 84 44 84
philharmoniedeparis.fr

AVANT LE CONCERT
Conférence à 18h
Musique live / images live : histoires de rencontres
Entrée libre

Photo : Extension Sauvage / DR

Éclectisme et dialogue interdisciplinaire caractérisent cette seconde et longue soirée de Turbulences Numériques. Une première tangente à travers ce programme nous mène aux origines de la musique électronique avec le célèbre Gesang der Junglinge (1955-56) de Karlheinz Stockhausen, l’une des premières œuvre à associer des sonorités purement électroniques et des sons enregistrés au micro. Pour …sofferte onde serene… (1976) pour piano et bande, Luigi Nono a préalablement enregistré le piano de Maurizio Pollini pour créer la partie de bande magnétique. Ces pages sont parmi les plus élégiaques du compositeur, qui était alors sous le choc de plusieurs deuils familiaux. Un autre pli de cette soirée nous amène vers une œuvre phare de la musique spectrale, dont le titre même exprime bien son rapport au visuel : Treize couleurs du soleil couchant de Tristan Murail. Cette partition « symbolique » plutôt qu’« impressionniste », fait lentement évoluer un jeu de teintes musicales constitué de sons complexes. Plusieurs propositions, enfin, associent le jeu instrumental à une diffusion vidéo. Dans ripple marks, œuvre de Thierry de Mey, les solistes présents sur scène et  mobiles sont « suivis » à l’écran, associés à des images de flux et reflux de la mer. Respire (2008) fait partie d’une série de pièces musicales et vidéo de Pierre Jodlowski (avec la collaboration de David Coste) qui interrogent la place du corps dans le monde, et notamment sa standardisation autoritaire. Les corps défilent, anonymes et sur fond blanc, évoluant jusqu’à une danse-transe soutenue par une musique robotique. Pour LINK. C, Herman Kolgen (vidéo ci-dessous) propose une relecture visuelle du Quatuor à cordes no 2 de Philip Glass en associant les boucles répétitives de la musique à une suite kaléidoscopique de perspectives urbaines. Un rapport intense au paysage irrigue également le travail de Jacques Perconte sur la musique du célèbre musicien électronique Jeff Mills : Extension sauvage diffracte les couleurs d’images prises au cours d’un voyage sur l'île de Madère, au rythme des boucles hypnotiques de Mills. 

HERMAN KOLGEN_LINK.C_perfo extracts from Herman Kolgen on Vimeo.

LIENS
ARTICLES
Extension sauvage. L'évidence d'une rencontre.
C’est l’événement de la rentrée parisienne 2015-16 de l’Ensemble intercontemporain. Deux nouvelles soirées de Turbulences  numériques, organis...
Link.C. Entretien avec Hermann Kolgen.
C’est l’événement de la rentrée parisienne 2015-16 de l’Ensemble intercontemporain. Deux nouvelles soirées de Turbulences  numériques, organi...
Le « sentiment musical » - entretien avec Tristan Murail
Votre nouvelle œuvre pour ensemble, commande de l’Intercontemporain, sera créée dans un programme placé sous le signe du voyage, thème de cette saison à...
Stockhausen et les idiots électroniques
Karlheinz Stockhausen serait-il le précurseur visionnaire de la scène électronique actuelle, le père spirituel des performers et des DJ ? À l’occasion de...