TOUS LES CONCERTS
15 décembre 2011 - 20:00
PARIS - Cité de la musique, salle des concerts
PROGRAMME

Fausto ROMITELLI
Amok Koma
pour 9 instruments et électronique

Matthias PINTSCHER

Songs from Solomon's garden
pour baryton et orchestre
Création française

Olga NEUWIRTH

Construction in Space
pour 4 solistes, 4 groupes instrumentaux et électronique en temps réel

Leigh Melrose, baryton

Solistes de l’Ensemble intercontemporain :
Emmanuelle Ophèle, flûte basse
Alain Billard, clarinettes basse et contrebasse

Musiciens supplémentaires :
Gérard Buquet, tuba
Vincent David, saxophones soprano, ténor et baryton

Ensemble intercontemporain
Matthias Pinscher
, direction

Peter Böhm, électronique en temps réel

Coproduction Ensemble intercontemporain, Cité de la musique, Festival d’Automne à Paris

Concert enregistré par France Musique
À la réécoute pendant un mois sur francemusique.com
Diffusion le 13 février 2012 à 20h dans l'émission "Les lundis de la contemporaine" d'Arnaud Merlin

> Présentation du concer à 19h - Amphithéâtre
   Durée : 45min
   Entrée avec le billet pour le concert - Renseignements et réservation au 01 44 84 44 84

Tarif : 18€
Abonnements de 30 à 40% de réduction

Réservations : 01 44 84 44 84
Cliquez ici pour réserver :
www.citedelamusique.fr

Photo Olga Neuwirth©Philippe Gontier

Cité de la musique
Salle des concerts
221 avenue Jean-Jaurès
75019 Paris
M° Porte de Pantin, ligne 5

Depuis l’expressionnisme viennois jusqu’à l’art brut, les multiples bouleversements esthétiques du XXe siècle, et notamment les écarts par rapport à la norme de la musique tonale classique, auront eu pour effet de libérer l’expression de phénomènes obscurs de la psyché, faisant pleinement de l’art musical le « domaine des démons » selon l’expression de Thomas Mann.
Construction in Space (2000) d’Olga Neuwirth reprend l’argument du récit de science-fiction de Ray Bradbury, The Long Rain : sur la planète Vénus, quatre astronautes se trouvent aux prises avec une pluie infinie corrosive. Écrite pour quatre solistes, quatre ensembles et électronique live, élaborant dans l’espace de jeu une sorte de « mobile musical » à flux tendu, l’œuvre de Neuwirth rend sensible à la fois l’implacabilité du destin et le mouvement de folie panique qui s’empare du collectif. Solomon's garden, de Matthias Pintscher, explore le domaine non moins obscur de la passion amoureuse, en s’appropriant le monumental Shir ha-Shirim (Cantique des cantiques), conservé dans sa langue d’origine, l’hébreu. L’aura et la densité poétique de ce texte sont ici mises à l’honneur : chaque mot chanté par le baryton est une monade que l'orchestre vient déplier ou amplifier comme un miroir grossissant. La seule phrase répétée de l’œuvre, « ki cholat ahava ani » (« car je suis malade d’amour ») insiste non par hasard sur la démence inhérente à la passion amoureuse.
Avec Amok Koma (2001) de Fausto Romitelli, la folie n’a plus besoin d’argument externe, elle contamine une production du matériau musical fondée sur le principe de sa propre dégradation virale. La folie est devenue musique, et inversement.

Songs from Solomon's Garden en écoute ici

Interview vidéo avec Olga Neuwirth

Construction in Space d'Olga Neuwirth

 Professor Bad Trip, de Fausto Romitelli, par l'Ensemble intercontemporain, le 25 avril 2008 à la Cité de la Musique (Paris).

 Matthias Pintscher pour CONTACT!, The New Music Series, avec le New York Philhamornic

Olga Neuwirth, Construction in Space
Fausto Romitelli, Amok Koma
LIENS
ARTICLES
Olga Neuwirth : Ameuter les simulacres
Le 15 décembre prochain, l'Ensemble dirigé par Matthias Pintscher interprétera Construction in Space, une œuvre spatialisée de la compositrice autrichi...