TOUS LES CONCERTS
Graal théâtre
11 février 2011 - 20:00
PARIS - Cité de la musique, salle des concerts
PROGRAMME

Julian ANDERSON
The Comedy of Change
Création française

Elliott CARTER
On Conversing with Paradise
pour baryton et ensemble
Création française

Kaija SAARIAHO
Graal théâtre
version de chambre pour violon et ensemble

Leigh Melrose, baryton
Jeanne-Marie Conquer, violon
Ensemble intercontemporain
Ludovic Morlot,
direction

Coproduction Ensemble intercontemporain, Cité de la musique.

Concert proposé dans le cadre du cycle «Le paradis» du 11 au 15 février à la Cité de la musique.

Concert enregistré par France Musique, partenaire de l'Ensemble intercontemporain pour la saison 2010-2011 (diffusion le 21 mars à 20h).



Tarifs : 18€
Formules d’abonnements de 30 à 40% de réduction
Réservations : 01 44 84 44 84
www.cite-musique.fr

Télécharger  la note de programme

Cité de la musique
Salle des concerts
221 avenue Jean-Jaurès
75019 Paris
M° Porte de Pantin, ligne 5

«Chacun cherche son propre graal», tel est le propos du premier mouvement de Graal théâtre, un concerto pour violon de la compositrice finlandaise Kaija Saariaho : le violon incarne ici celui qui se livre à cette quête, avec un ensemble qui tantôt prolonge sa partie, tantôt «peint le paysage» traversé par le soliste. L’œuvre s’inspire d’un cycle littéraire écrit par Florence Delay et Jacques Roubaud : « Notre cycle fait se rencontrer deux chevaleries : la céleste et la terrestre. La chevalerie céleste procède de Joseph d'Arimathie ; la chevalerie terrestre procède de l'enchanteur Merlin, qui crée la Table Ronde. Et c'est du croisement de ces deux chevaleries que naissent ce que nous appelons les temps aventureux ». À plus de cent ans, le compositeur Elliott Carter réalise, avec On Conversing With Paradise (2009), une saisissante mise en musique des Cantos d’Ezra Pound, l’un des plus grands poètes américains. Emprisonné en Italie après le débarquement américain, jugé aux États-Unis pour trahison, déclaré fou et interné dans un asile, Pound confie, dans les extraits choisis par Carter, son désespoir de n’avoir pu écrire le poème parfait, l’équivalent du paradis. Les cinq percussionnistes, dans l’œuvre du compositeur, semblent bien en effet enfermer les lignes vocales du baryton dans leurs barreaux sonores. The Comedy of Change est inspirée par la théorie de l’évolution de Charles Darwin. Julian Anderson se décrit d’ailleurs volontiers comme un ornithologue en chambre, fasciné par les observations de Darwin sur les oiseaux et par leurs fantastiques capacités d’adaptation. Libre allusion aux concepts révolutionnaires de Darwin, The Comedy of Change se veut une œuvre en évolution, passant du simple au complexe, par paliers progressifs, entre hasard et nécessité.

Ecoute intégrale de The Comedy of Change ici

Télécharger  la note de programme

 

 

LIENS
ARTICLES
The Comedy of Change - entretien audio avec Julian Anderson
The Comedy of Change, pour douze instruments, du compositeur anglais Julian Anderson (photo ci-dessus), est inspirée par le livre L’Origine des espèces de...
Graal Théâtre: Trois questions à Kaija Saariaho
Graal théâtre, concerto pour violon de Kaija Saariaho (photo), sera joué le 11 février prochain à la Cité de la musique dans sa version pour orchestre...