TOUS LES CONCERTS
Wagner Geneva Festival
01 novembre 2013 - 20:00ACHETER EN LIGNE
GENÈVE - Bâtiment des Forces Motrices
PROGRAMME

Richard WAGNER
Siegfried Idyll
pour petit orchestre

Arnold SCHÖNBERG
Symphonie de chambre, op 9
pour quinze instruments

Salvatore SCIARRINO
Lohengrin. Action invisible pour soliste, instruments et voix

Lia Ferenese, soprano / actrice
Jaime Caicompai, Baekeun Peter Cho, Wolfgang Barta, voix d'homme
Ensemble intercontemporain
Matthias Pintscher, direction


Renseignements et réservations
www.wagner-geneva-festival.ch

illustration : autographe d'Arnold Schönberg © Universal Editions 

 

 

Bâtiment des Forces Motrices
2 Place des Volontaires
1204 Genève
Suisse

Siegfried Idyll fut le présent d’anniversaire que Richard Wagner offrit à sa femme Cosima en 1869, après la naissance de leur fils Siegfried. Écrit pour orchestre de chambre, ce poème symphonique à l’atmosphère très apaisée est l’une des rares œuvres non opératiques du compositeur. S’il contient des thèmes de l’opéra Siegfried, alors en cours d’écriture, il donne également une idée de ce qu’aurait pu être la symphonie que Wagner n’a jamais composée : un tissage continu de motifs évocateurs évoluant en étroite corrélation. Placée à ses côtés, la Symphonie de chambre op. 9 (1906) d’Arnold Schönberg pourra en apparaître comme la suite logique, le prolongement ou le dépassement. Si elle appartient encore à la période « tonale » du compositeur, cette œuvre se distingue par son refus du gigantisme orchestral et par sa forme condensée en un seul mouvement, traversé de parties distinctes. Lohengrin (1982), l’« action invisible » du compositeur italien Salvatore Sciarrino prend appui sur la légende arthurienne qui avait inspiré Wagner pour son célèbre opéra éponyme. Ici, c’est un poème de Jules Laforgue qui ordonne le déroulement d’une action soustraite au regard, plongée dans un climat crépusculaire. Déployant ses procédés de composition dans un contexte dramatique, le compositeur se sert volontiers des timbres instrumentaux comme de marqueurs de situations, dépouillant et figeant dans le temps le principe wagnérien de leitmotiv.

Arnold SCHÖNBERG, Symphonie de chambre n°1
Salvatore SCIARRINO, Lohengrin
LIENS
ARTICLES
Arnold Schönberg, Symphonie de chambre n°1 , opus 9
Voyage aux confins de la tonalité (1905-1908) Les années 1905 à 1908 constituent une charnière dans l’œuvre d’Arnold Schönberg. Après avoir co...
Les Bestiaires de Salvatore Sciarrino
Un « mur » qui serait soumis à la plus grande ouverture possible, « l’horizon » : tel est le paradoxe énoncé dans le titre de l’œuvre de Sa...