TOUS LES CONCERTS
Comme un nuage de vent et de pierre...
19 octobre 2017 - 20:30ACHETER EN LIGNE
PHILHARMONIE DE PARIS - Salle des concerts – Cité de la musique
PROGRAMME

György KURTÁG
…quasi una fantasia…, op. 27
pour piano et groupes d’instruments
Messages de feu demoiselle R. V. Troussova, op. 17
pour soprano et ensemble

Salvatore SCIARRINO
Gesualdo senza parole
pour ensemble
Création nationale

Omaggio a Burri
pour trois instruments

Il sogno di Stradella  
pour piano et instruments 
Création nationale
Commande du Saint Paul Chamber Orchestra, du Cleveland Orchestra et de l’Ensemble intercontemporain

Natalia Zagorinskaya, soprano
Sébastien Vichard, piano
Ensemble intercontemporain
Matthias Pintscher, direction

Coproduction Ensemble intercontemporain, Philharmonie de Paris

Tarif : 18€
Réservations :  
philharmoniedeparis.fr
01 44 84 44 84

Réservez aussi vos places auprès du Festival d’Automne à Paris

Avant le concert, à 19h45
Clé d’écoute avec Clément Lebrun
Entrée libre

 

Concert enregistré par France Musique  
À la réécoute pendant 1 an sur francemusique.fr

Photo : Salvatore Sciarrino © Philippe Gontier 

Cité de la musique - Philharmonie de Paris
221, avenue Jean-Jaurès
75019 Paris

 « En écoutant la réalité avec une oreille d’insecte et une oreille de géant, je tente de la restituer dans une musique de vent et de pierre ». Ce sont là des expériences d’écoute qui, plus que toutes autres, pourraient être définies comme écologiques ». Par ces propos, Salvatore Sciarrino expose une idée centrale dans son œuvre, « l’écologie de l’écoute », grâce à laquelle se dévoilent des régions sonores entre silence et son, ombre et lumière, intérieur et extérieur.
Ces espaces ambivalents au cœur desquels se joue une dramaturgie intime sont également présents dans la musique de György Kurtág. Ce n’est d’ailleurs pas le seul point commun entre les deux compositeurs, bien plus proches qu’il n’y paraît de prime abord : intimisme concentré, raffinement du matériau, délicatesse du discours, dépouillement, attention portée aux contrastes – sans parler de ce rapport profond qu’ils entretiennent tous les deux avec l’histoire de la musique.

LIENS
ARTICLES
Les Bestiaires de Salvatore Sciarrino
Un « mur » qui serait soumis à la plus grande ouverture possible, « l’horizon » : tel est le paradoxe énoncé dans le titre de l’œuvre de Sa...
Entretien avec György Kurtág
À l’occasion du cycle Bach / Kurtág à la Cité de la musique du 19 au 26 septembre, accents on line vous propose d’entendre un document exceptionnel...