EntretiensVoir tous les articles de cette rubrique

Retour sur la saison 2013-14 : le regard de Frédérique Cambreling, harpiste

par Jéremie Szpirglas, le 09/07/14

1

Tous les regards se tournent déjà vers  la nouvelle saison  2014-15 ce qui n’est pas une raison pour tirer un trait sur celle encore en cours et qui se terminera officiellement le 10 juillet prochain avec un dernier concert.   Nous avons donc demandé à trois solistes ( Grégoire Simon, Frédérique Cambreling et  Emmanuelle Ophèle) et à Matthias Pintscher, le directeur musical de l’Ensemble, de partager avec nous leur regard sur la saison 2013-14. Frédérique Cambreling, harpiste, répond  à son tour à nos questions.

Frédérique, quels ont été pour vous les temps forts de la saison 2013-14 ?

D’abord deux des week-ends Turbulences – en octobre autour de Pascal Dusapin et en février avec Matthias Pintscher –, et puis les concerts en Province : à Bordeaux, à Rouen et à Lyon où les salles étaient pleines et le public tellement chaleureux !

3

Après une saison, quel regard portez-vous sur l’arrivée de Matthias Pintscher à la tête de l’Ensemble ?

Au cours des séances de travail, Matthias Pintscher (photo ci-dessous) prend un véritable plaisir à faire partager l’élaboration d’une œuvre en se servant d’un langage évident et sensible qui permet de rendre très exactement le moment musical vécu. C’est vraiment un grand interprète des partitions de notre répertoire. Il a en outre une capacité d’analyse des œuvres, une intuition et une sensibilité musicales dont il nous fait profiter au maximum. Ce qu’il apporte de neuf tient essentiellement à sa personnalité et à ses idées qui, tout en prenant en compte l’opinion des solistes de l’EIC, laissent entrevoir de nouvelles perspectives d’évolution pour l’Ensemble. Une nouvelle approche de la forme concert est également en train d’émerger… sans doute vers quelque chose de plus fluide, de moins guindée !

5

Concernant les projets pluridisciplinaires : lesquels vous ont le plus marquée ? Que souhaiteriez-vous expérimenter à l’avenir ?

Mon goût pour l’expérimentation ne me porte pas particulièrement vers des projets grandioses, ou trop techniques. J’aime plutôt rester sur l’artisanat… Je ne suis pas très « moderne » de ce point de vue. Par contre je reste très attentive à la composition des sons.

J’ai participé à un projet pluridisciplinaire à Cologne en mai dernier, qui faisait participer le corps dans une approche théâtrale, rythmique et chorégraphique avec des pièces de Mauricio Kagel et Thierry de Mey (Traceless -photo ci-dessous) … Ces compositeurs donnent ainsi aux interprètes musiciens la possibilité d’utiliser un langage expressif inédit, bien que toujours lié à la connaissance de leur pratique musicale

6

Quels sont pour vous les grands rendez-vous de la saison 2014-15 ?

Il y a évidemment les grands concerts qui auront lieu à la Philharmonie mais je vous propose plutôt de vous parler des grands rendez-vous de la saison prochaine lorsque je les aurai vécus !

2

Photos : portrait haut (c) Franck Ferville / autres photos (c) Luc Hossepied pour l’Ensemble intercontemporain

    Mots-clefs :, ,


    articles récents

    Deux Esprits.

    par Matthias Pintscher, le 27/11/17

    Ryoko Aoki : pour un Nô contemporain.

    par Laurent Fassol, le 23/11/17

    Atem Lied de Toshio Hosokawa.

    par Emmanuelle Ophèle, le 19/11/17

    Julian Prégardien : un Wanderer contemporain.

    par Jéremie Szpirglas, le 31/10/17

    Œuvres uniques pour concerts uniques.

    par Matthias Pintscher, le 26/10/17


    diversVoir tous les articles de cette rubrique