Analyse d'une œuvreVoir tous les articles de cette rubrique

Pierre Boulez, sur Incises

par Ensemble intercontemporain, le 03/12/12

Comme son titre l’indique avec une précision toute lapidaire, sur Incises trouve son origine dans Incises, une œuvre pour piano seul de Pierre Boulez composée en 1994 pour le concours Umberto Micheli à Milan. Créée en 1998, sur Incises en développait considérablement le matériau originel par le recours à un effectif inédit : trois pianos, trois percussions et trois harpes. Cette œuvre virtuose sera jouée le mardi 11 décembre à la Cité de la musique, sous la direction de David Robertson. Un retour à l’origine en quelque sorte puisque c’est le chef américain (qui fut aussi directeur musical de l’Ensemble de 1992 à 1999) qui créa l’œuvre. L’occasion de découvrir (ou redécouvrir) le guide d’écoute sonore réalisé il y a quelques années sur ce « classique » du répertoire contemporain.

 

Des instruments

Avec Dimitri Vassilakis, Frédérique Cambreling, Vincent Bauer, Pierre Boulez /  Extraits de sur Incises, Eclat

 

 

Des instruments à la composition

Avec Pierre Boulez / Extraits de sur Incises, Première Sonate et Noces, d’Igor Stravinsky

 

 

De la résonance

Avec Pierre Boulez / Extraits de sur Incises

 

 

De l’idée dans la musique

Avec Pierre Boulez / Extraits de sur Incises

 

——————————————————-

Interprètes :

Vincent Bauer, Michel Cerutti, Daniel Ciampolini : percussions
Florent Boffard, Hidéki Nagano, Dimitri Vassilakis : pianos
Frédérique Cambreling, Sandrine Chatron, Marianne Le Mentec : harpes

Incises
Gianluca Cascioli, piano

Eclat
Ensemble intercontemporain
Pierre Boulez, direction

Première Sonate
Pierre-Laurent Aimard, piano

Noces
Orchestre Philharmonique Tchèque
Karel Ancerl, direction

Conception et présentation : Stéphane Goldet
Réalisation : Etienne Bultingaire

Photographies (de haut en bas) : sur Incises, Cité de la musique © Aymeric Warmé-Janville / les mains de Dimitri Vassilakis ; Steel Drum (détail)  ; sur Incises, répétition septembre 2012 © Luc Hossepied pour l’Ensemble intercontemporain

Réalisé en 2000 avec l’aimable autorisation de Deutsche Grammophon

    Mots-clefs :,


    articles récents

    Deux Esprits.

    par Matthias Pintscher, le 27/11/17

    Ryoko Aoki : pour un Nô contemporain.

    par Laurent Fassol, le 23/11/17

    Atem Lied de Toshio Hosokawa.

    par Emmanuelle Ophèle, le 19/11/17

    Julian Prégardien : un Wanderer contemporain.

    par Jéremie Szpirglas, le 31/10/17

    Œuvres uniques pour concerts uniques.

    par Matthias Pintscher, le 26/10/17


    diversVoir tous les articles de cette rubrique