Instant M.Voir tous les articles de cette rubrique

Œuvres uniques pour concerts uniques.

par Matthias Pintscher, le 26/10/17

La saison 2017-18 comporte entre autres particularités de proposer plusieurs grands concerts présentant une œuvre unique, dans tous les sens du terme. Ce mois de novembre en comprend pas moins de quatre et c’est bien entendu le sujet de ce nouvel instant M.     

No More Masterpieces en tournée aux Pays-Bas (du 2 au 4 novembre), in vain de Georg Friedrich Haas à la Philharmonie de Paris (10.11), Le Encantadas o le avventure nel mare delle meraviglie d’Olga Neuwirth à Vienne (20.11), le Winterreise de Schubert revisité par Hans Zender et présenté dans une version mise en scène à l’Opéra-Comique (23.11)…ce mois de novembre est celui des productions atypiques présentant une seule et grande œuvre. Cela est d’ailleurs emblématique d’une tendance de fond dans la programmation de l’Ensemble intercontemporain ces derniers temps. Nous ne sommes plus seulement invités pour nous produire dans des programmes disons « traditionnels », minutieusement conçus et équilibrés (ce que l’Ensemble fait cependant encore, comme en témoigne notre tournée de musique de chambre française à Buenos Aires le 31 octobre et le 2 novembre), nous nous dirigeons de plus en plus vers des soirées intégralement consacrées à une œuvre vaste, ambitieuse, hors-norme. Le Encantadas o le avventure nel mare delle meraviglie d’Olga Neuwirth est à mon humble avis un chef-d’œuvre qui deviendra même un « classique du futur », tant en termes de profondeur d’expression que de maîtrise de la composition.

Olga Neuwirth et Matthias Pintscher, Cité de la musique-Philharmonie de Paris, 2015

Il en va de même pour in vain qui est à mon sens la création la plus forte de Georg Friedrich Haas à ce jour, et que nous n’avons pourtant jamais jouée ! On y entend le compositeur autrichien développer un nouvel usage des micro-intervalles*, pour bâtir un univers sonore unique et fascinant. Sa construction est impressionnante, d’une remarquable précision et dans le même temps, lorsqu’on écoute in vain, cette virtuosité d’élaboration est éclipsée par la puissance de la musique elle-même. Un peu comme une œuvre de Bach ou de Ravel : à l’analyse, chaque élément de la partition semble logique, on pourrait presque dire que la construction tombe sous le sens, mais lorsqu’on se concentre sur l’écoute, tout cela se révèle être un vaste geste de sons et de couleurs. in vain est une musique incroyablement riche, qui nous transporte vers de nouveaux domaines de l’écoute, tout en bouleversant notre perception du temps. Une expérience captivante à vivre en concert.

  Georg Friedrich Haas   

 

Un micro-intervalle est un intervalle musical plus petit qu’un demi-ton. Il s’agit donc (au sens le plus large) d’une note qui ne figure pas sur le clavier d’un piano classique dont l’accord est dit de tempérament égal.

 

Photos (de haut en bas)   Matthias Pintscher © EIC / Olga Neuwirth et Matthias Pintscher, Cité de la musique-Philharmonie de Paris, 2015 © EIC / Georg Friedrich Haas © Philippe Gontier

    Mots-clefs :, , ,


    articles récents

    Julian Prégardien : un Wanderer contemporain.

    par Jéremie Szpirglas, le 31/10/17

    Ryoko Aoki : pour un Nô contemporain.

    par Laurent Fassol, le 23/11/17

    Atem Lied de Toshio Hosokawa.

    par Emmanuelle Ophèle, le 19/11/17

    Œuvres uniques pour concerts uniques.

    par Matthias Pintscher, le 26/10/17

    CODEC ERROR -Reportage vidéo

    par Jérémie Schellaert, le 19/10/17

    Le son et le silence.

    par Salvatore Sciarrino, le 29/09/17


    diversVoir tous les articles de cette rubrique