EntretiensVoir tous les articles de cette rubrique

Retour sur 2016-17. Jérôme Comte, clarinettiste : « Une saison rafraîchissante. »

par Jéremie Szpirglas, le 14/07/17

COMTE Jerome © Frank Ferville

Création, rencontres, enregistrement, anniversaire des 40 ans de l’EIC : Jérôme Comte, clarinettiste, revient sur les temps forts d’une saison 2016-17 riche et intense. 

Cette saison 2016-2017 a été particulièrement riche. La création, qui fait partie de notre quotidien à l’EIC, donne lieu à de belles rencontres. Cette année, je retiens notamment celle du compositeur Mateo Franceschini. C’est une personnalité attachante et d’un grand talent. Nous avons créé sa pièce Les excentriques (photos ci-dessous) à Paris puis nous l’avons rejouée au prestigieux Wigmore Hall de Londres. Dans un cas comme dans l’autre, ce fut de très bons moments — de ceux qui nous gardent en bonne forme et nous font aimer ce métier chaque jour un peu plus.

DSCF5003

DSCF4936

 

Je garde également en mémoire l’enregistrement et la sortie de notre double album New York. J’ai pris un grand plaisir à jouer le Concerto pour clarinette d’Elliott Carter avec l’Ensemble sous la direction de Matthias Pintscher. Cela m’a rappelé la première fois que je l’ai joué en 2009, avec Pierre Boulez à La Cité de la musique et au Concertgebouw d’Amsterdam — un très beau souvenir aussi. L’enregistrer aujourd’hui me donne le sentiment d’une continuité, d’une logique artistique, à l’image de la mutation de l’Ensemble aujourd’hui. De fait, nous rejouons beaucoup ce qu’on appelle le « répertoire », ainsi que nous l’avons fait par exemple lors du « Grand soir » anniversaire pour fêter nos 40 ans à la Philharmonie de Paris (photos ci-dessous), mais avec une nouvelle vision, celle de Matthias, et beaucoup de sang neuf au sein des musiciens. À ce sujet, je trouve que nous sommes plutôt en bonne forme et inspirés.

DSC_2104

DSC_2538

DSC_1700-2

 

En somme, cette saison 2016-2017 fut pour moi rafraîchissante ! C’est d’ailleurs mon sentiment général depuis 12 ans que je joue à l’EIC ! À la fois du point de vue du répertoire, sans cesse renouvelé, mais aussi de mes collègues qui nous ont rejoints entretemps et sont devenus depuis des amis. Le « mouvement » est selon moi la marque de fabrique de l’Ensemble : nous allons constamment de l’avant. Prenant toujours enseignement du passé, nous remettons inlassablement en question notre pratique artistique ainsi que notre fonctionnement interne. Finalement, l’Ensemble intercontemporain, c’est cela, exactement : une équipe dont tous les membres vont dans la même direction.

A regarder en relation avec cet entretien :

 

Photos (de haut en bas) : © Franck Ferville / autres photos © EIC

    Mots-clefs :, , ,



    diversVoir tous les articles de cette rubrique