Instant M.Voir tous les articles de cette rubrique

Notre premier concert à Zagreb.

par Matthias Pintscher, le 05/04/17

Après les 3 concerts des 17, 18 et 30 mars célébrant les 40 ans de l’EIC à Paris, les mois d’avril et de mai seront principalement consacrés aux tournées, dont la toute première, à Zagreb, est le sujet de ce nouvel Instant M.

C’est la toute première fois en quarante ans que l’Ensemble se produit à Zagreb. C’était d’ailleurs aussi le cas à Taïwan en début de saison. Et pourtant, dans tous ces lieux que nous n’avons jamais visités auparavant, le public nous connaît déjà et vient en nombre à nos concerts. Cela révèle un authentique intérêt pour la musique contemporaine là où on ne s’y attend pas forcément le plus. C’est très encourageant pour l’avenir. À tous égards, nous sommes l’un des ambassadeurs les plus actifs et reconnus de la culture française. Nous venons d’ailleurs dans la capitale croate avec un petit florilège de musique française, représentée par trois compositeurs de trois générations différentes : Bruno Mantovani, Hugues Dufourt, et Pierre Boulez, avec son dernier chef-d’œuvre, Dérive 2, rarement joué. C’est d’ailleurs à ce jour la seule pièce de Boulez que je n’ai jamais dirigée et que j’appréhende encore un peu, car je n’en possède pas encore toutes les clés.

Comme souvent au cours de nos tournées internationales, nous créerons une œuvre d’un compositeur du pays visité : en l’occurrence Berislav Šipuš, natif de Zagreb même. Cela fait partie des nouvelles orientations que nous prenons : lorsque nous nous produisons à l’étranger, nous allons à la rencontre de la scène musicale locale, de ses acteurs avec lesquels nous échangeons. Nous construisons ainsi une vision toujours plus étendue de la création musicale en Europe, en Amérique du Nord et du Sud, et aussi en Asie. Repérer de nouvelles voix de la composition, de nouvelles esthétiques, est l’une de nos missions fondamentales. Nous enrichissons constamment le répertoire contemporain en même temps que nous faisons évoluer nos savoir-faire et nos représentations de l’art musical. Ce passionnant travail de recherche va de pair avec le fait d’initier et de développer de nouvelles collaborations sur le long terme avec des personnalités en lesquelles nous croyons. Et c’est indéniablement le cas de David Fulmer. Compositeur et violoniste, c’est aussi un excellent chef d’orchestre. Nous avons récemment enregistré son magnifique concerto pour cor et ensemble (Within his bending sickle’s compass come), qui figure sur notre double album New York. Il dirigera notre premier concert à Zagreb et j’en suis très heureux.

Concert le 23 avril au Zagreb Youth Theatre

Photo ©Franck Ferville

    Mots-clefs :


    articles récents

    Deux Esprits.

    par Matthias Pintscher, le 27/11/17

    Ryoko Aoki : pour un Nô contemporain.

    par Laurent Fassol, le 23/11/17

    Atem Lied de Toshio Hosokawa.

    par Emmanuelle Ophèle, le 19/11/17

    Julian Prégardien : un Wanderer contemporain.

    par Jéremie Szpirglas, le 31/10/17

    Œuvres uniques pour concerts uniques.

    par Matthias Pintscher, le 26/10/17


    diversVoir tous les articles de cette rubrique